Le Salon du Chocolat – Tour & Taxis

Aujourd’hui se clôturait le premier Salon du Chocolat à Bruxelles. Réflexion faite, je trouve cela bizarre qu’aucune autre initiative de ce genre ait précédé celle-ci car on est quand même en Belgique, le berceau de l’artisanat chocolatier. Donc, je n’avais pas d’autre choix que d’y aller. Mais pas à contre-cœur, vous vous doutez bien 😉

999422_10152209330451054_1962914411_nMoi qui aime tout faire à l’opposé des autres, j’ai décidé d’y aller dimanche et non jeudi soir, comme tout mes autres amis bloggeurs,  à la soirée d’inauguration. Bon j’avoue, 1. Je bossais et 2. J’avais pas eu d’invitation. Moi, jalouse? Même pas^^
Du coup, ce matin on ( quelques dames du cour de pâtisserie ) s’était donné rendez-vous vers midi à l’entrée. En soi, l’endroit n’est pas bien grand et ce sont surtout les grands noms de la chocolaterie ( à quelques exceptions prêtes ) qu’on y retrouve.  On se balade, on goûte, on s’attarde aux stands qui proposent de jolies choses. Nos yeux comme nos papilles en profitent à fond. Je passe par les stands de Laurent Gerbaud et de Marcolini ( avec qui on travaille sur le Tram Experience ) mais pas de visages connus ici. Par contre, chez Zaabar je retrouve la fine équipe avec qui j’ai travaillé pendant deux ans. Un petit tour par la librairie improvisée de Filigranes et on tombe nez à nez avec Joost Arijs, étoile montante de Gand. On négocie une photo de groupe ainsi qu’une petite dédicace avant de filer à la ‘Choco Demo’. 

JoostArijs

J’attendais avec impatience d’y voir Sang-Hoon Degeimbre en pleine action. Vu le monde, on avait déjà prévu de venir une demi-heure à l’avance à fin d’être certain de trouver une petite place. Du coup, on arrive au plein milieu du show des frères Folmer, du fameux restaurant Couvert Couvert ( qu’on connait d’ailleurs déjà bien car ils ont travaillé sur le projet Eat Color de Brussel’s Kitchen ). Une petite place se libère au premier rang et l’on s’installe au bon moment car quelques instants plus tard on nous propose de goûter le dessert. Yeaaah! A nous quatre on dissèque le petit pot à fin de retrouver tout les goûts. C’est super bon en tout cas. Par contre, le cote gourmand prime sur le visuel car du premier rang on ne voit pas ce qu’il se passe sur le podium. M’en fou^^ Moi je préfère goûter et écouter que de voir et n’avoir rien. 14 heures, c’est au tour de Degeimbre. Aaah, c’est avec la plus grande attention que j’écoute ce qu’il nous raconte. D’après lui, la cuisine se base sur trois principes ; le produit ( et donc sa qualité ), la technique utilisée et l’émotion partagée ( celle du chef ainsi que celle ressentie par la personne qui mange ). Ça se ressent qu’il est passionné par ce qu’il fait. Entre-temps, on a le plaisir de goûter à des entre-mets fait en directe de ses mains, donc le chocolat soufflé qui se révèle être une petite tuerie bien surprenante ( et en soi, pas si difficile à faire ). Le temps passe trop vite et la démonstration prend fin. Dommage, je serais bien restée des heures à l’écouter tellement ce qu’il a à dire m’intéresse. Je me lève et me rend bien vite compte que le salon est noir de monde maintenant et je me décide à rentrer chez moi. Peut-être sans chocolat, mais avec un tas de belles paroles en tête…le salon du chocolat

Laisser un commentaire