Omnivore Paris 2016

12783824_1141999335811628_8410145462543876858_o

En ce début de mois de mars avait lieu à Paris le fameux festival gastronomique Omnivore. Pour ceux qui ne connaissent pas ( je vous rassure, c’était mon cas l’année passée ), je vous laisse jeter un œil à mon article de l’année passée ou j’expliquais déjà en quelques mots ce qu’est Omnivore ( là maintenant, j’ai un peu trop la flemme de tout réécrire sans me plagier ^^ ne m’en voulez pas svp ).

J’avais vraiment hâte d’y aller, car l’édition précédente avait été une vraie révélation pour moi. Non seulement j’y avais appris beaucoup de choses, mais ce fut une de mes premières expériences avec la ‘vraie’ gastronomie. Dans ma tête tout était planifié , malheureusement la réalisation de mon plan ne s’est pas déroulé comme je l’avait prévu / voulu. 2 – 3 jours avant le départ, je me suis chopée un vilain rhume qui m’a énormément épuisée. Entre la migraine d’enfer le dimanche, la fatigue et la température le lundi, j’ai pris cher! Donc je n’ai pas vraiment pu en profiter même si j’en garde quelques brèves bons moments ( quoique j’ai trouve cette édition moins ‘intéressante’ que celle de l’année passée, surtout sur la scène sucrée ou les masterclass n’étaient pas très très instructives ).Omnivore2016

Pour le reste de l’article, je vais garder la même structure que celui de l’année passée. Je vous parle d’abord des chefs qui m’ont impressionnés sur les scènes d’Omnivore même,  puis de mes découvertes culinaires sur Paris.

* Florent Ladeyn ; Déjà l’année passée, il m’avait vraiment impressionné sur la scène sucrée mais son discours cette année sur la scène salée était très noble. Je n’ai jamais vu quelqu’un défendre son terroir avec autant de passion que lui, cela en prônant à fond son locavorisme. Il avait d’ailleurs ramené avec lui Vilhjalmur Sigurdarson, le chef de Souvenir ici à Ypres, avec qui il partage une vision similaire de ce que la cuisine devrait être. Clairement mon moment préféré d’Omnivore et deux adresses que j’aimerais découvrir d’ici peu.
* Anne-Sophie Pic ; Un autre moment fort de cette édition fut son passage, le 8 mars de surcroît. J’ai beaucoup de respect et de mérite pour les femmes chefs et elle fait clairement partie du top féminin dans notre métier. Une des deux recettes qu’elle a présentée m’a fortement intrigué ; elle cuisait une saint-jacques dans une noix de coco scellée au blanc d’œuf. Un genre de sous-vide qui a mon avis doit donner de fameuses saveurs.
* Sébastien Bras ; Un peu dans l’esprit de Florent Ladeyn ( ou serait-ce l’inverse vu leurs ages ), Sebastien Bras met fortement en avant sa région, l’Aubrac, et tout ce qu’elle lui apporte. Il parle beaucoup de cuisine des petits-riens et a donc apprit à retravailler les plus basiques des produits. Lors de sa présentation, un de ses plats était fait à base des cotes de chou-fleur. Comme quoi, ça ne se jette pas, ça se mange même ^^ ( légèrement blanchies puis sautées au beurre )
* François Perret ; Lui, c’est le nouveau chef pâtissier du Ritz ( même s’il ne sait toujours pas quand ils ouvriront exactement ) et il m’a fait rire du début jusqu’à la fin. Son atelier fut vraiment intéressant car il retravaillait la tarte au citron meringuée mais en plus léger en remplaçant la meringue par des blancs en neige cuits ( au micro-ondes! )
Omnivore_Apic_2016

Comme l’année passée, j’en ai profite pour bien manger ET bien boire. (moins que prévu… mais ce n’est que partie remise)

* On a mangé là ;
Clamato 
Moi qui ne mange de fruits de mer / coquillages / bla bla bla, j’ai pris sur moi en allant ici avec l’équipe. Mais au final, j’ai grignoté  un peu partout et c’était assez bon. J’ai particulièrement aimé mes ravioles à l’anguille fumée et d’un légume genre topinambour.
Septime
La grande sœur du Clamato. J’y ai passé un moment fort agréable, notamment grâce à un des serveurs qui était juste adorable! Du menu, je retiens surtout un plat à base flower sprout ( un hybride de kale et de choux de Bruxelles ), servie sur une couche de praliné et sous de la ventrèche de porc. Top!
L’Oenosteria
Un véritable coup de cœur pour cet endroit! Des produits ( et des vins ) italiens toppissimes, une gérante aux petits soins, bref que du bon.
Le Verre Volée
Une carte assez intéressante, une réalisation à vue d’œil très jolie, malheureusement un léger manque d’assaisonnement dans l’assiette. Mais j’y retournerai bien.
Blend
Comme l’année passée, fallait faire un stop burger sur Paris. Connaissant pas l’endroit, je choisis le West qui en gros un genre de croque monsieur en mode burger. C’était pas mal, l’idée était cool sauf le truc peut-être un peu trop gras, mais à la base je voulais un vrai burger. Donc je suis restée un peu sur ma faim ( clairement pas au sens propre, car j’étais full en sortant ).LeVerreVolee

* J’ai goûté ça ;
Les pâtisseries de Yann Couvreur 
J’aime énormément ce pâtissier, que j’avais déjà eu le plaisir de voir l’année passée sur la scène sucrée. Cette année, pas de masterclass (bouuuu!) mais par contre, on a eu droit a une myriade de pâtisseries à goûter ( woop woop ) car 1. il ouvre bientôt sa propre boutique et 2. il trouvait ça nulle de n’avoir rien apporté l’année passée. Mention j’adore pour son kouign-amann au blé noir.
Un dimanche à Paris
J’avais vu son nom sur le programme d’Omnivore, donc quand je suis passée par hasard devant, je me suis dite pourquoi pas. Au final, je me suis laissée tenter par  un entremet praliné. Bon, mais pas woauw.
Hugo & Victor
Quand je lis le Fou de Pâtisserie, leurs jolies tartes me font toujours envie donc j’ai quand même fait le détour jusqu’à leur boutique. Malheureusement, le choix n’était pas vraiment à mon gout ( beaucoup d’agrumes ) donc j’ai juste pris des financiers. Vachement bons ceux-la.
– La pâtisserie des rêves
Impossible de quitter Paris sans y refaire un tour! Paris – Brest & Kouign – Amann, je vous aime. Je vous adore. Je vous croquerais bien tout les jours.Oenosteria

Laisser un commentaire