Omnivore Paris 2018

Qui dit mars, dit début du printemps non? Oui mais qui dit mars, dit surtout ‘omnivore’ ! Pour ma part en tout cas^^ Chaque année c’est la même chose, je décompte à partir de février les jours jusqu’à je puisse enfin avoir LA meilleure des excuses pour descendre sur Paris. Non que j’ai vraiment besoin d’une excuse, mais du coup, ça légitime les dépenses d’argent.

Omnivore, pour ceux qui ne connaissent pas, est le festival de la jeune gastronomie alliant les meilleures noms de la scène ‘bouffe’ du moment. Qu’on te parle de chefs, de pâtissiers, d’artisans et de barmans, qu’ils soient français, scandinaves ou ( sud ) américains,.. C’est une belle brochette de gastronomes qu’on retrouve pendant trois jours à la maison de la mutualité, QG d’Omnivore depuis quelques années maintenant.

Etant probablement la dernière fois où je pouvais y aller ( vu que mars 2019 je serais surement en train de me faire potes avec les kangourous ceci ne fut donc pas le cas et j’ai même été à la version 2019 ), je devais bien m’y rendre. Oui je me devais ^^ Départ donc dimanche matin ( aux petites heures ) à fin d’arriver à temps sur Paris et de ne pas rater les choses importantes durant Omnivore.

J’avoue avoir été moins assidue que les années précédentes, tout simplement car l’accumulation des longues heures au boulot et la grosse fatigue que je traîne ont eu raison de moi. J’ai donc profité, sans me presser, limite à parfois rater certaines personnes que j’aurais aimé voir.

Les chefs qui m’ont marqué

° Florent Ladeyne ; Comme à chaque fois, j’adore le voir sur scène et l’entendre parler avec tellement de fierté de son patrimoine flamand. Mais surprise, cette année il a emmené mamy Odile avec lui et ça donne de chouettes répliques en live! Car quand mamy veut cuisiner des tomates ou utiliser du safran, Florent refuse 😀

° Les frères FolmerBon, après les avoir vu sur scène j’ai vraiment envie d’aller manger chez eux! – Chose qui ne devrait pas tarder d’ailleurs, vu qu’une de mes amies m’a offert un bon pour y manger – 

° Thorsten Schmit ; Dimanche aprem, une longue journée se clôture avec le passage de Thorsten Schmitt – le chef du restaurant Barr, qui se trouve dans les anciens murs du Noma. Il fallait oser reprendre un tel établissement, mais après sa présentation, on ne doute plus de ses compétences. Un savant discours nous lance à la recherche des peuples anciens, de leurs habitudes alimentaires et ainsi que l’évolutions de celles-ci à travers le temps et les croisades. – Finalement, j’y ai mangé lors de mon séjour à Copenhague quelques mois plus tard –

Par contre, à chaque Omnivore, j’en profite pour me faire tout tout plein de petits restos et goûter à tout. Mais voilà, comme je l’ai dit un peu plus haut, j’étais plutôt en état ‘zombie’ pendant ces trois jours.

Je rajoute donc à la liste de cette année aussi les endroits où j’avais mangé en septembre, lors de la Cocktail Street Food ( et j’étais restée du coup le temps d’un weekend sur Paris ).

On a mangé / bu là ;

Darocco ; On y était passé en septembre avant de boire des cocktails à l’arrière-salle ( où se trouve le Danico, un des meilleurs bars de Paris ! ) et on s’était dit qu’on retournerait bien manger des pizzas là-bas le dimanche soir. Pizzas rapides à la napolitaines et cocktails juste après, moi je dis ‘combo parfait’.
Yaya ; Yaya, c’est une adresse qui m’avait faite de l’œil sur les réseaux sociaux d’abord mais qui m’attirait surtout car on y trouvait des vrais gyros à la grecque! Pas déçue du coup et même que les cocktails étaient vachement sympa!
Ober Mamma ( Oberkampf ) ; Le groupe Big Mamma a conquis tout Paris avec ses petits restaurants italiens aux quatre coins de la ville. Les plats de pâtes sont servis à même la casserole, limite on pourrait faire la même chose à la maison. Par contre, grosse affluence de gens donc faut pouvoir supporter le bruit et la foule. ( ps ; un petit tour aux toilettes est indispensable si vous avez toujours rêvé de faire pipi derrière une porte au miroir teinté – c’est bizarre ! ) – Il y a quelques semaines, j’ai gouté les pizzas au Pink Mamma ( qui lui se trouve près de Pigalle ) et là aussi, c’était bon^^ –
HolyBelly ; Probablement, le meilleur petit-dej de ma vie! Des pancakes et du bacon, le tout nappé de sirop d’érable. Il ne m’en fallait pas plus! Ici aussi on fait la file à l’extérieur, mais ça vaut vraiment la peine!
Shiso Burger ; Tradition burger obligée, passage éclair chez Shiso Burger qui était en faite l’endroit le plus proche où manger sur le retour vers la gare mardi midi. On aura finalement du emporter notre repas et le manger dans une cabine à photo de la gare ( fou rire garanti ), mais c’était encore pas mal.

Le CandelariaLe Mary CélesteBisou ; Trois bars à cocktails bien différents, mais tous aussi top! Au Candelaria, c’est la tequila et le mezcal qui sont à l’honneur et on a vraiment été surpris par un cocktail qui goûtait le nounours Haribo ( sans déconner ). Par contre, galère à trouver quand on ne sait pas où chercher 😉 Le Mary Céleste nous a joliment étonné avec un cocktail à l’aquavit, alcool tellement sympa mais dont la réputation est encore un peu à faire. Et chez Bisou, on aime l’idée du ‘zéro déchets’ dans les cocktails et des filles derrière le bar! C’est clair!

J’ai goûté à ça ;

Yann Couvreur ; Après son kouign-amann, cette fois-ci je me laisse tenter par un roulé chocolat – pistache. #GourmandiseBonjour
 Florent Ladeyne ; Et la fameuse paptarte de mamy Odile, qu’il faut mieux manger tiède que froide!
Carbon ; Sur la scène cocktail, on a pu voir les mecs qui ont développé le(s) bar(s) du nouveau resto Carbon. Deux univers différents au sein de l’établissement ; alors qu’à l’étage on trouve des cocktails à la pompe pour moins de 10 euro, à la cave se trouve le bar ‘ la mina ‘ qui propose des boissons qui à un certain lien avec le charbon.. Ingrédients fumés, verres noirs,… Endroit à visiter donc..Ce petit choux façon Paris-Brest de chez Karamel, à toutes les étapes de dégustation.. Jusqu’à ce qu’il termine entièrement dans mon petit estomac.

Laisser un commentaire